Vendredi 14 mai 2021 à 20h


Voir remarque sanitaire en bas de page !


 Jean JADOT



présentera :

 

Pékin – Hankou, 1898 – 1905. Une œuvre magistrale et un homme :

Jean Jadot.



La Chine ferroviaire fascine les amis et les passionnés des chemins de fer.

Mais sait-on que l’origine des chemins de fer chinois est, pour une bonne part, l’œuvre des Belges et des Français au tout début du 20e siècle ?

 

En effet, dans un contexte politique difficile à l’époque, le gouvernement chinois et la Compagnie impériale des chemins de fer chinois ont, en 1898, confié à une société belge la mission de construire une ligne de 1.214 km entre Pékin et Hankou (aujourd’hui Wuhan). C’était la première partie d’un grand axe ferroviaire devant relier le nord et le sud de la Chine.

 

C’est un ingénieur belge, Jean Jadot, alors âgé de 37 ans, qui va diriger les équipes belges, françaises et chinoises qui vont réaliser cette œuvre colossale. Ces hommes vont établir en moins de 7 ans une ligne qui équivaut à la liaison Bruxelles – Nice, mais sans infrastructure proche pour amener le matériel et les équipements à pied d’œuvre.

 

Et pourtant, dans ce laps de temps, ils parviendront à construire 2.420 ponts, 125 gares et tous les équipements de ligne nécessaires à la circulation des trains. Et tout cela, bien que les travaux aient été interrompus pendant plus de 6 mois en 1900, à cause de la violente révolte des Boxers, qui aura causé beaucoup de dégâts à la partie nord de la ligne. Ils construiront un pont de plus de 3 km sur le capricieux fleuve Jaune. À l’époque, le plus long pont ferroviaire du monde. Ils s’appuieront sur les industries ferroviaires et métallurgiques belges et françaises pour les approvisionnements nécessaires à cette œuvre exceptionnelle : Cockerill, La Meuse, Tubize, Couillet, La Brugeoise, la Franco-Belge, Fives-Lille, Cail, Schneider & Cie. Mais aussi des entreprises de constructions métalliques comme la mondialement réputée Baume et Marpent et bien d’autres.



(Photo : Archives Jean Jadot)

La conférence de ce vendredi 14 mai ne sera pas « classique », car on n’y verra pas de trains modernes ni de lignes actuelles. L’accent sera davantage mis sur le parcours humain de l’ingénieur belge qui a conduit ce projet à bonne fin : sa vie, ses qualités, sa famille, les contacts avec les autorités, chinoises et européennes, l’investissement personnel dans la direction de cette entreprise hors normes.

 

Et le Pékin – Hankou ne sera pas son seul chef-d’œuvre. Revenu en Belgique, ce fils d’Ardenne, félicité par le roi Léopold II, va bientôt prendre les rênes de la Société générale de Belgique. Il jouera un rôle important pendant la 1ère guerre mondiale. Et il soutiendra ensuite le développement économique du Congo. Entre autres, en supervisant la construction du … chemin de fer de Port-Francqui à Bukama, qui permettra de rejoindre Elisabethville.

 

Une vie, donc, où le chemin de fer a pris une grande place.

Une vie et une aventure présentée par le petit-fils de ce Belge remarquable. Sa présentation sera illustrée par de nombreuses photos datant de cette épopée.


Attention : diffusion par vidéoconférence

Nombre de participants limité et priorité aux membres CFR !

UNIQUEMENT SUR RESERVATION

Par courriel à cfrixensart@gmail.com